fbpx
Uncategorized

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Les coronavirus font partie d’une vaste famille de virus dont certains infectent les animaux, d’autres l’homme. Ils sont susceptibles d’être à l’origine d’un large éventail de maladies. Chez l’homme, ces maladies vont du rhume banal à une infection pulmonaire sévère, responsable d’une détresse respiratoire aiguë.

Deux épidémies de coronavirus à l’origine d’épidémies mortelles sont déjà survenues au 21e siècle, impliquant des coronavirus émergents, hébergés par des animaux et soudain transmis à l’homme :

  • le SRAS-CoV (2002-2003), ou coronavirus à l’origine d’un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), apparu en Chine : plus de 8 000 cas ont été recensés dans 30 pays et 774 personnes sont décédées (soit près de 10% de mortalité).
  • lele Mers-CoV (2012-2013) , ou coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient, ainsi appelé car il a été détecté pour la première fois en Arabie saoudite. 1 589 cas et 567 décès dans 26 pays ont été enregistrées (soit un taux de mortalité d’environ 30%).

La troisième épidémie mortelle est celle liée au SARS-CoV-2, apparu en Chine en décembre 2019. Les premiers cas recensés sont des personnes s’étant rendues sur un marché local, à Wuhan, dans la province de Hubei. Sur le plan virologique, le SARS-CoV-2 est très proche du SRAS-CoV, c’est pourquoi il a été placé dans la même espèce de coronavirus.

Les coronavirus sont d’origine animale. C’est-à-dire qu’une espèce héberge (réservoir) un virus sans être malade et le transmet à une autre espèce, qui le transmet ensuite à l’homme.

Dans les cas du SRAS-CoV et du MERS-CoV, l’animal réservoir était la chauve-souris. Un hôte intermédiaire est donc nécessaire à la transmission de ces virus à l’homme.

Les coronavirus SRAS-CoV, SARS-CoV-2, et le MERS-CoV se transmettent non seulement de l’animal à l’homme mais aussi d’homme à homme.

Un des facteurs de transmission les plus importants semble être le contact des mains avec des surfaces infectées puis avec la bouche, le nez ou les yeux. En fonction des températures et du taux d’humidité, le virus peut survivre quelques heures, voire quelques jours, sur diverses surfaces si elles ne sont pas désinfectées. Des études sont en cours pour préciser ces données.

C’est pourquoi il est essentiel d’éviter de se toucher les yeux, le nez ou la bouche (qui sont des portes d’entrée possibles du virus dans votre organisme) avec des mains sales.  Les mesures dites « barrières » sont donc indispensables pour limiter l’impact du virus. Ceux-ci sont entre autres : se laver fréquemment les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique, éternuer et tousser dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, ne pas se serrer la main, ne pas faire la bise pour dire bonjour …

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page